Qu’est-ce que la gauche régressive?

D’après Wikipédia, « La gauche régressive est une épithète utilisée pour décrire négativement une partie de la gauche politique accusée de tenir une position contradictoire en tolérant ou en faisant la promotion de principes ou d’idéologies non libérales au nom du multiculturalisme ou le relativisme culturel. L’expression est utilisée de façon péjorative, principalement afin de dénoncer l’attitude de cette partie de la gauche envers l’islamisme. Le terme peut également s’étendre et être utilisé pour décrire d’autres groupes entre lesquels plusieurs caractéristiques s’entrecroisent, comme les Social justice warriors ou une certaine partie de la 3e vague féministe. »

L’expression « gauche régressive » (regressive left) apparaît en 2012, sous la plume de Maajid Nawaz : « [La gauche régressive est] une partie de la gauche qui, au nom du respect de la diversité culturelle, au nom du multiculturalisme, au nom de la rectitude politique, au nom de l’antiracisme, au nom de la lutte contre l’islamophobie, va préférer — c’est presque une réaction autoritaire — taire et empêcher le débat, plutôt qu’offenser les communautés de minorités ethniques. […] Je parle de cette partie de la gauche, que j’appelle la gauche régressive, qui, souvent au nom de l’antiracisme, de la tolérance culturelle et de la diversité, a décidé de se faire les bigots du faible standard, a décidé de ne pas seulement tolérer, mais soutenir, au nom de la diversité culturelle, toutes les formes de fanatismes des minorités culturelles et de passer sous silence ceux qui sont minoritaires au sein même de ces minorités : les ex-musulmans, les féministes musulmanes, les musulmans libéraux, les groupes minoritaires comme la communauté Ak Mudia. Il y a plein de minorités à l’intérieur de la minorité musulmane qui tentent de s’opposer au discours dominant, mais la gauche régressive dit aux musulmans quoi penser et si vous ne dites pas ce que la gauche régressive dit aux musulmans de dire, vous êtes ou islamophobe ou raciste. » (Traduction de François Doyon).

Toujours selon Nawas, la gauche régressive se caractérise par « un racisme de faible standard : ne pas s’indigner qu’une personne à peau brune exprime de la misogynie, du chauvinisme, de la bigoterie ou de l’antisémitisme, mais exiger qu’une personne à la peau blanche soit à la hauteur des valeurs démocratiques libérales. Les véritables victimes de ce double standard sont les minorités culturelles elles-mêmes, car cela limite leur horizon. Nous rabaissons leur potentiel et les attentes qu’elles pourraient avoir envers elles-mêmes. Nous les jugeons comme des personnes dont la culture est intrinsèquement moins civilisée et, bien sûr, nous tolérons la bigoterie à l’intérieur de ces communautés. Les premières victimes de cette bigoterie sont les plus démunis de ces communautés. » (Traduction de François Doyon).

Autrement dit, la gauche régressive est la gauche d’une droite rétrograde. La gauche « véritable », quant à elle, est contre l’idée que les droits des Occidentaux s’arrêtent là où commence la sensibilité des minorités. Elle s’oppose à la censure de la critique de l’islam. Elle est contre les accommodements religieux. La gauche progressiste reconnaît que critiquer et se moquer des religions est une façon tout à fait légitime d’exercer sa liberté de conscience.

Publicités

5 réflexions sur “Qu’est-ce que la gauche régressive?

  1. Je ne suis pas d’accord avec votre conclusion. Le concept est intéressant, mais je crois que vous vous trompez en disant que la gauche régressive croit que « les droits des Occidentaux s’arrêtent là où commence la sensibilité des minorités. » Je crois que c’est la gauche régressive elle-même qui marque sa limite. Taire le débat puisqu’il s’agit de gens opprimés d’une manière dont un blanc ne peut avoir idée, c’est plutôt d’ordre épistémologique. Nous ne pouvons pas savoir ce qu’ils vivent ergo on ne peut pas en parler, surtout pas critiquer.
    Cependant, à lire la fin de l’article, je ne vois pas en quoi il est pertinent de parler de « critiquer l’islam » ou juste « critiquer et se moquer des religions ». Est-il pertinent de critiquer « l’islam »? Non, l’Islam, comme le christianisme, est un ensemble d’institutions, de croyances et de communautés religieuses. Or, l’argument de Nawaz n’ouvre pas la porte à de telles critiques. Il appel à critiquer les individus problématiques et leur comportements indépendamment de leur religion et leur groupe d’appartenance. Grosso modo, ce n’est pas parce que les musulmans vivent l’oppression qu’on doit l’absoudre l’individu musulman de propos et de comportements nuisant à d’autres groupes opprimés.
    Nawaz caricature un peu cette nouvelle gauche et les SJW, mais son propos est universaliste : les mêmes normes morales doivent s’appliquent à tous. Votre conclusion est plutôt partialisante puisqu’elle plaide pour le droit de critiquer un groupe, ou même une religion. L’idée de critiquer LA religion en elle-même est absurde. Toute religion est fondée sur l’herméneutique personnelle du lecteur. Chaque fois que je critique la religion, j’en critique ma propre interprétation.

    J'aime

    1. « L’idée de critiquer LA religion en elle-même est absurde. » Pouvez-vous élaborer ?

      Au-delà de l’herméneutique personnelle et des textes anciens (ou nouveaux, peu importe), il y a la science moderne. Les religions, regardées rationnellement, sont toutes fondamentalement identiques, peu importe la culture, peu importe l’ethnie ou la région du monde. Et, face à la vérité scientifique, elles sont toutes vaporeuses et sans fondement. Que du vent, que du rêve que de faux espoirs.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s